USA : un meurtre tous les 6 jours dans la communauté LGBT

4 months ago — 2 min read — Pas de commentaire
By Julie Baquet

Le chiffre est en inquiétante augmentation. Alors qu'en 2016, une personne homosexuelle, bisexuelle ou trans était tuée tous les treize jours aux Etats-Unis, en 2017, le nombre de meurtres passe à tous les six jours, soit au moins 33 assassinats depuis janvier, déplore une ONG de défense des droits civils. 

La coalition nationale des programmes antiviolence (NCAVP), une ONG de défense des droits civils tire la sonnette d’alarme sur le nombre de meurtres de personnes LGBT aux Etats-Unis en 2017. Selon Buzzfeed 33 personnes on été tuées en raison de leur orientation sexuelle ou de leur trans-identitée – réelle ou supposée – depuis janvier 2017. Un chiffre inquiétant puisque en 2016, le nombre de victimes était de 28 (en excluant les 49 morts de l’attentat d’Orlando). En somme, une personne homosexuelle, bi ou trans était tuée tous les 13 jours aux USA, en 2017 c’est aujourd’hui tous les 6 jours !

 

Chyna Gibson, assassinée le 25 février 2017 à la Nouvelle Orléans.

La politique trumpienne influencerait-elle ces meurtres ?

Les cibles de ces assassinats sont majoritairement des femmes trans de couleur. 15 meurtres de femmes transgenres ont été recensés depuis le début de l’année 2017 (12 autres victimes étaient des hommes gays). Environ 1,4 million d’adultes aux États-Unis s’identifient comme trans, soit 0,6 % de la population adulte. Alors que Donald Trump défraie la chronique avec ses prises de positions sur l’armée américaine et ses soldats transgenres. Un décret a été signé le 25 août pour interdire les trans de servir dans l’armée, pire, le président américain a déclaré que les frais médicaux de transition ne seraient plus couverts.

La politique trumpienne influencerait-elle ces meurtres ? Quoi qu’il en soit ce problème n’est malheureusement pas nouveau au pays de l’Oncle Sam. D’autant que la NCAVP fustige un nombre de victimes sous-estimé en l’absence de données gouvernementales fiables. L’ONG se base dans son rapport sur des articles de presse et informations provenant d’organisations et des proches des victimes.

A lire aussi

Des camps de vacances donnent des conseils homophobes en Suisse

Des chorales homos empêchent les manifs homophobes aux USA

Share this article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next PostVoici la playlist sensuelle que l’on vous conseille d’avoir toujours à portée de main quand vous recevez Previous PostLes indispensables dans votre sac de voyage en 2017