Santé : le TasP (traitement en prévention du VIH), c’est quoi ?

6 months ago — 3 min read — Pas de commentaire
By Jérémy Patinier

A moins de 20 copies de VIH par litre de sang, le VIH est dit indétectable, mais il est cependant toujours présent. La personne n’est pas « guérie » mais ne risque plus d’en infecter une autre.

Plusieurs études ont montré que lorsque une personne séropositive prend un traitement anti-VIH de manière efficace (prise régulière des médicaments et atteinte durable – minimum 6 mois – d’une charge virale indétectable) en plus d’une prise en charge globale (counseling et suivi médical régulier avec contrôle de la charge virale + dépistages et traitements des autres IST), cette personne, et son/ses partenaire(s) ne peuvent pas transmettre le VIH lors de relations sexuelles sans préservatif.
Les personnes concernées ne sont plus contaminants car le corps ne contient que très peu de virus grâce au traitement.

Un grand soulagement

C’est une charge symbolique très forte que les personnes séropositives n’ont plus à porter sur les épaules : le risque de contaminer ses partenaires. C’est aussi l’occasion de ne plus faire de « séro-triage », c’est-à-dire de ne faire l’amour qu’avec des séronégatifs, puisque dorénavant vous savez que les séropositifs bien traités ne peuvent pas vous transmettre le VIH, même sans préservatif…

S’il existe ce qu’on appelle un risque résiduel proche de zéro, toutes les études publiées à ce jour ne mentionnent aucune transmission sexuelle du VIH entre partenaires de statut sérologique discordant (lorsque la personne séropositive avait atteint une CVI). En cas de doute, il est préférable d’utiliser un préservatif (avec lequel il y a aussi des risques résiduels compte tenu des échecs d’utilisation ou des ruptures). L’abandon du préservatif dans les couples séro-discordants ne vous protège pas des autres infections sexuellement transmissibles potentiellement non-détectées, asymptomatiques ou en voie de guérison…

Il arrive que la charge virale augmente (par exemple suite à une IST ou suite à l’arrêt des médicaments), elle peut alors ne plus être indétectable. La plupart du temps, la personne va redevenir indétectable si les conditions optimales sont retrouvées. Si le système immunitaire a créé une résistance aux médicaments, c’est plus difficile de regagner une charge virale indétectable. Le médecin fera alors le point sur la stratégie thérapeutique à adopter afin d’y revenir…

Des questions ?

N’hésitez pas à contacter Sida Info Service au 0 800 840 800, appel anonyme et gratuit à partir d’un téléphone fixe/mobile ou par « LiveChat« , ou consultez aussi le site sexosafe.fr

 

A LIRE AUSSI

5 trucs à savoir sur la PrEP : le traitement préventif du VIH

Share this article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next PostPMA pour toutes : la légalisation est en marche! Previous PostLe CCNE a enfin rendu son avis sur la PMA et la GPA