5 façons de s’assumer pleinement lorsque l’on vient d’une famille homophobe

5 months ago — 6 min read — Pas de commentaire
By Tristan Barriere

Lorsque l'on est gay et qu'on grandit dans une famille qui sent bon l'homophobie, il est évidemment difficile d'assumer son homosexualité, et encore plus face à sa famille.

L’acceptation de qui l’on est peut même très vite devenir un réel parcours du combattant, car il faut alors arriver à lutter contre le rejet et la haine de soi-même. En effet, les valeurs que nous a inculquées notre famille sont très souvent ancrées en nous, qu’on le veuille ou non.

Mais plusieurs « techniques » peuvent être utiles afin de se détacher de tout cela, de s’assumer et de vivre pleinement son homosexualité sans ne plus jamais se cacher (même face à la famille !).

1. S’échapper dans les arts et la culture

Il faut prendre le mot « arts » au sens large du terme : la peinture, bien entendu, mais aussi la littérature, le cinéma … Beaucoup de jeunes homosexuels se sont épanouis grâce aux arts et à la culture.

En effet, c’est d’abord dans les livres, dans les séries, au cinéma ou dans les musées que l’on peut se rendre compte que l’homosexualité est tout-à-fait normale, qui plus est chez les artistes. C’est d’ailleurs même, parfois, un vecteur de sociabilité qui peut ouvrir des portes.

Alors bien évidemment, tout cela reste un monde lointain et inaccessible pour beaucoup d’entre nous, mais il n’est pas ici question de devenir artiste ; le simple fait de se plonger dans ce monde de la culture (ne serait-ce qu’en lisant ou en s’abonnant sur Netflix) peut avoir un effet très positif et permettre un déblocage pour pouvoir s’accepter pleinement.

2. S’entourer de personnes bienveillantes.

Comme on le dit souvent : « on choisit ses amis mais pas sa famille ».

Et c’est tellement vrai ! Les amis, par définition, sont des personnes qui sont là dans les bons comme les mauvais moments et qui ne nous jugent jamais. Il ne faut alors pas hésiter à s’appuyer sur ces personnes de confiance qui sont toujours bienveillantes envers nous comme nous le sommes envers elles puisque nous les avons choisies !

L’étape du coming-out à ses amis (qui ne sont pas forcément homosexuels) peut être difficile, mais il faut toujours se rappeler que si ce sont des vrais amis, il n’y aura jamais de jugement. Il faut alors franchir le pas, et c’est ensuite que ces personnes pourront nous soutenir à 100% dans notre chemin vers l’acceptation totale, ainsi que nous conseiller par rapport aux relations familiales qui peuvent parfois nous bouffer.

3. Faire face à ses démons. 

Il arrive un moment dans la vie où on se dit qu’il n’est plus possible de continuer dans un tel déni. Ce moment peut arriver à 15 ans comme il peut arriver à 29 ans. Peu importe l’âge, l’important c’est que ce moment arrive quand on est prêt. Mais pour qu’il arrive, il faut faire un travail préalable et décider d’en finir avec toutes ces ondes négatives qui nous entourent.

Si vous savez que vous êtes gay mais que vous n’arrivez pas à l’assumer face à votre famille, c’est évidemment que vous savez que la pilule va être difficile à avaler pour eux lorsqu’ils vont l’apprendre. Mais est-ce une raison pour renier qui vous êtes réellement face à eux ? Finalement, n’est-ce pas leur mentir que de ne pas leur dire la vérité ? N’est-ce pas les complaire dans l’image qu’ils veulent avoir de vous ?

Quand vous commencez à vous posez toutes ces questions, c’est alors peut-être le moment de faire face à vos démons et de vous lancer : il y a plusieurs façons de le faire, à vous de voir.

4. Laisser le temps faire son œuvre.

Combien d’entre nous ont connu des confrontations dignes d’un film dramatique avec père/mère/frère/sœur lorsque la vérité a éclaté ?

Et combien d’entre nous sont sans nouvelles depuis des semaines, des mois, voire des années de leurs parents suite à cela ?

Et bien, sachez le : ce n’est pas anormal. A vrai dire, rien n’est anormal quand on est face à la psychologie humaine. Certaines personnes ont besoin de temps, de beaucoup de temps pour accepter quelque chose qui les dérange.

Et pour le coup, vous, de votre côté, vous ne pouvez plus être actif (sans mauvais jeu de mot), car la seule chose à faire lorsqu’on est dans cette situation c’est de laisser le temps faire son œuvre. Un jour viendra où… Ou pas, d’ailleurs. Mais finalement, de votre côté, vous avez fait votre part et vous avez été honnête. Personne ne pourra vous le reprocher.

5. Couper les ponts.

Cette dernière façon de procéder face à une famille homophobe est extrême et doit être réfléchie. Il faut d’abord essayer plusieurs approches avant d’en arriver là (cf. différentes façons de faire ci-dessus). Mais parfois, rien n’y fait, et les relations avec ses parents sont tellement toxiques que la seule et unique façon de se sentir heureux est de couper les ponts. Il y a plusieurs façons de procéder : une coupure soudaine ou une coupure progressive. A vous de voir, l’important c’est que cela vous convienne.

Vous pouvez aussi être dans la situation où c’est votre famille qui a décidé de couper les ponts, et dans ce cas là, il faut alors accepter la situation et prendre du recul. Je vous laisse relire le paragraphe 4.

Pour conclure, chaque personne est différente et chaque famille est différente. Il faut donc avoir une sacré force de caractère pour pouvoir prendre le recul nécessaire afin de savoir comment procéder. Parfois, cela fait du bien de comparer avec d’autres expériences (peut-être pour se rassurer ou pour se donner du courage). Mais il faut toujours garder en tête que votre histoire n’est pas celle des autres. Elle vous est propre et seul vous pouvez savoir, au fond de vous même, quoi faire.

Mais ne vous inquiétez pas, nous y sommes tous arrivés ! Et si vous êtes aujourd’hui dans la tourmente face à votre famille homophobe, vous finirez pas vous défaire de tout cela vous aussi, peu importe votre âge.

Soyez qui vous êtes. Soyez heureux.

Crédit Photos : Lifetime Network / Shutterstock

A lire

10 conseils et erreurs à ne pas commettre pour sauter le pas et devenir néo-passif


 

Share this article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next PostConcours Blued : aide nous à faire de Blued un lieu sûr #safespace ! Previous PostVIDEO DIY : 5 objets que vous voudrez faire pour la marche des fiertés et épater vos amis